Talma Suns, le retour de l’enfant prodigue

 

Cela faisait près d’un an que le quatuor caennais Talma Suns n’était pas réellement monté sur scène. La soirée WeWant2Wigoler qui s’est déroulée au Cargö vendredi 13 juin a été l’occasion de les revoir et de faire le point sur ce nouveau projet post-Kim Novak.

 

Il serait difficile, voir insensé de ne pas faire la comparaison de Talma Suns avec le précédent projet des quatre musiciens ; Kim Novak. Souvent comparé à Interpol ou The National, Kim Novak était le fer-de-lance du indie rock made in Caen. Nous étions alors fiers qu’un groupe aussi talentueux  perdure depuis 2005, date de sa création parmi le foisonnement musical caennais. Après deux albums en quatre ans – le sombre Luck & Accident [TALITRES|2007] et le rutilant The Golden Mean [Kütu Fok Records|2011], Kim Novak semblait pouvoir jouer sur tous les fronts – malgré des changements de line-up à répétition et un dernier album, à tord, timidement plébiscité – le groupe mené par Jeremie Nies gardait plus ou moins le cap. Ce n’est qu’au courant de l’année dernière que le groupe a annoncé l’arrêt total du projet. Cette nouvelle tomba comme un couperet, tellement Kim Novak faisait partie des grands de la région et avaient acquit une stature nationale et internationale dans le monde indie rock. Mais heureusement, la promesse était faite de retrouver la formation sur un nouveau projet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est début avril que Talma Suns a officiellement fait les présentations ; ceci avec un premier morceau  » Rising «  présent sur le label Sampler Volume 3 de Kütu Folk Records. Mettons les choses aux clairs avant d’aller plus loin. Talma Suns est bel et bien un groupe indie rock qui emboite le pas de Kim Novak. Le titre est énergique, nous retrouvons les guitares claires nous renvoyant vers les plages de la west-coast qui avait fait la particularité du son de The Golden Mean. Des chœurs simples mais efficaces ponctuent le morceau et redonnent un nouveau souffle à la seconde partie. Talma Suns nous entraine dans sa fougue ou bien à l’ombre des palmiers californiens par ce coté tontiné surf-music. C’est un titre de transition et d’ouverture parfaitement réussi alors que le trio Jérémy Nies (chant/guitare), Hugo Lamy (basse) et Maxence Debacker (guitare) semble toujours fonctionner à la perfection. Réussite amplifiée par la frappe puissante de Boris Collet, batteur de Goldwave, qui est venu se greffer au projet Talma Suns.

C’est ensuite au tour du titre  » Night Robbers «  accompagné de son clip tout de noir et blanc réalisé par Pierre Donadio. Nous suivons les aventures d’un couple déjanté. Le rythme est rapide et colle parfaitement à la musique. Malgré un style d’image et un thème très classique, tout fonctionne à merveille.  » Night Robbers «  reste dans la ligne de  » Rising «  avec ses envolées lyriques et ses chœurs à la manière des morceaux rock américains des 50’s. Dès lors, on semble apercevoir la ligne directrice que veut suivre le quatuor.
Et c’est chose confirmée avec le dernier titre sorti à ce jour,  » I Miss You « . Les arrangements sont simples et efficaces seul un glockenspiel vient joliment dénoter une partie de la chanson. Malgré cela, ce titre est surement le plus rock parmi les trois avec ce fouillis constant, qui peut parfois gêner. Les trois titres présentés sont toutefois homogènes.

La soirée WW2W a donc permis à Talma Suns de renouer avec la scène. Nos quatre amis sont lancés et dès les premières notes le son est puissant. La sensibilité d’écriture de Jérémy alliée aux professionnalisme musical de chacun des membres nous montre une fois de plus que la formation commence à avoir de l’âge. Non pas que toutes ces choses soient dépassées mais bien au contraire, Talma Suns est carré, on ne peut plus carré, voire trop carré. Malgré quelques hésitations, quelques erreurs, passons outre et profitons simplement du show. Le seul bémol qui pourrait être donné à cette prestation serait le manque de finesse dans le jeu de batterie et la présence quasi-constante de cette dernière. Les compositions sont sensibles et belles, mais pour un public qui a connu Kim Novak, le jeu très rock de cette prestation est entré en force sans crier garde. Quoi qu’il en soit nous étions heureux de retrouver nos quatre compères de nouveau réunis sur scène. De plus, un album serait en préparation ! On ne manquera pas de vous tenir informer des avancées de l’objet !

 


Texte : Simon Sliman


Retrouvez Talma Suns :