Rock in Evreux

23-24 juin 2017

Pour sa première édition, le festival Rock in Evreux souhaite s’inscrire dans la continuité du festival le Rock dans tous ses Etats (RDTSE), qu’il remplace, et tenter le pari de le surpasser. Sur l’hippodrome de Navarre, dont l’ergonomie générale a été modifiée pour le confort du public, le festival ébroïcien compte parmi ses têtes d’affiches le mythique groupe de rock français TRUST, les stars du death metal de Gojira, ainsi que les pionniers de la techno hardcore anglaise de The Prodigy. Les organisateurs mettent également l’accent sur un tournant écologique : énergies vertes, tri, recyclage des déchets et optimisation de la gestion de l’eau. L’oiseau vous propose sa sélection de groupes et artistes.

Commençons par les français de Gojira, dont l’ascension force le respect. Le groupe de death metal fondé par les frères Duplantier a gagné une reconnaissance inespérée mais légitime : en six albums, leurs morceaux bruts et précis à la fois, empreints de valeurs poétiques et humanistes, montrent une époustouflante progression, culminant avec Magma, leur dernier opus, qui les a menés jusqu’aux Grammy Awards. Les frenchies n’ont plus à rougir devant les géants de Metallica ou de Slayer, avec qui ils ont d’ailleurs joué à plusieurs reprises. Les anglais de The Prodigy devraient eux aussi nous offrir notre dose de sensations fortes : ces monstres de la techno et de l’électro rock feront à n’en pas douter sensation, grâce à un set que l’on espère fulgurant et sauvage. Le groupe, dont la carrière s’est envolée en 1997 avec l’album The Fat of the Land, se pose comme une valeur sûre de la programmation. Non moins sauvage peut-être, le retour des mythiques TRUST, qui avait redonné de sa superbe au rock français dans les années 80 avec ses hymnes rageurs, dénonçant les travers de la société française de l’époque, exprimant leur ras-le-bol sur fond de riffs de guitare colériques.

Dans un autre registre, l’islandais Asgeir viendra présenter son deuxième album, Afterglow, souvent onirique et contemplatif, entre folk et électro-pop. L’artiste à la voix vaporeuse présentera les morceaux par lesquels il s’est réinventé et les morceaux qui ont fait le succès de son premier album, comme « Going Home ». Après Method Man et Red Man l’année dernière à RDTSE, c’est l’américain Machine Gun Kelly, dont le nom remonte à la Prohibition, qui assurera la partie hip-hop de la programmation. Ovni sur la scène hip-hop US actuelle, ce jeune rappeur blanc souvent comparé à Eminem a livré trois albums, dont Bloom en 2017, sur lequel se croisent des titres très âpres comme des titres très clairement colorés de Rn’B voire de pop (comme le duo avec Camila Caballo). Un mélange surprenant que nous sommes curieux de voir en live. Les caennais de Samba de la Muerte, portés par Adrien Leprêtre, viendront jouer les morceaux sensibles et colorés de leur premier album Colors. Le live sera l’occasion de réentendre le fruit d’un appétit musical insatiable, qui se nourrit sans complexe et sans discrimination de pop, de jazz, de musique du monde, d’électro, de folk. Mentionnons aussi les piliers du heavy, le groupe Headcharger, qui a écumé les festivals européens, et sorti six albums en une dizaine d’années, dont Hexagram, le dernier né. Leur rock massif et percutant, évoquant parfois les classiques de Black Sabbath, programmé en ouverture du samedi, devrait mettre les festivaliers en jambes. Enfin, L’Oiseau ira voir les Slaughterhouse Brothers, nés à Évreux mais caennais d’adoption, dont le rock solaire aux sonorités anglo-saxonnes au point de s’y méprendre ouvrira cette édition de Rock in Évreux.

Si vos goûts ne sont pas dans cette sélection, sachez que vous pourrez aussi retrouver des groupes et artistes dont les noms peuplent les médias et les ondes : Les Wampas, Lescop, Yuksek, Austra, Jain

Gildas Lemardelé