[BORÉALES] Cirkus Cirkör, une compagnie engagée

Les spectacles de la compagnie suédoise Cirkus Cirkor sont toujours très attendus par le public caennais, qui a souvent la chance de découvrir en avant-première nationale les nouvelles productions des scandinaves. Nous ne sommes jamais déçus. Parfois plus emballés par certaines représentations que d’autres peut-être. On peut affirmer que « Limits » est sans aucun doute la meilleure création que nous ayons pu voir ces dernières années. Une mer aux vagues ondulantes et sombres nous accueille au Théâtre de Caen ce samedi 19 Novembre. Une mer qui offre parfois l’espoir mais noie trop souvent les rêves d’un monde apaisé pour celles et ceux qui regardent vers d’autres rives.

« Limits », titre de ce nouveau spectacle est tout sauf tiède ! Enveloppés par la musique live de la troupe toujours juste et jamais « too much », nous sommes secoués et émus. Et puis il y a cette voix qui nous étreint. La voix d’un homme qui nous raconte son périple de migrant parmi tant d’autres.

Quelques respirations, quelques moments cocasses pour alléger la tension dramatique de ces deux heures qui sont passées à grande vitesse !

Les prouesses acrobatiques des artistes sont remarquables. Elles sont à la fois spectaculaires et délicates. Difficile de ne pas retenir son souffle au moment de la bascule coréenne, lorsque l’une des acrobates rebondit sur le rebord de la planche, pour ensuite quasiment atteindre les cintres du plateau !

cr840500-48f301

Comme on a pu l’entendre et le voir au cours de la représentation, les limites sont parfois matérielles, physiques mais aussi mentales. Et elles sont très souvent en nous. Les artistes de la compagnie Cirkus Cirkör nous ont confronté à ces limites pour nous inviter à les franchir, les dépasser. Ils ont également secoué notre passivité, notre aptitude à oublier facilement le sort de ces êtres humains en danger qui sont pourtant nos semblables.

L’art au service de la politique au sens noble du terme, au service de l’engagement ! Voilà qui nous réchauffe le cœur en ces moments pénibles dans notre pays où la médiocrité et la lâcheté de nos dirigeants conduisent à un manque d’humanité tellement navrant !

Les larmes ont coulé à l’issue de la représentation saluée par une standing ovation et de longs applaudissements. Des larmes d’empathie pour ceux qui souffrent et d’impuissance.

« Limits » sera sans doute le sommet de ce 25ème festival des Boréales !


TEXTE : Sandrine Mocquet