Lee Fields, l’amour dans l’âme

Pour lancer les festivités autour de son 10e anniversaire, qui sera fêté jusqu’à ce samedi 4 février, Le Cargö avait convié un invité de marque, le grand Lee Fields, pilier de la musique soul, venu des Etats-Unis accompagné de son groupe The Expressions.

Lee Fields, dont le premier album est sorti en 1969, est venu montrer à un public nombreux que la musique soul a encore de belles heures à vivre ou à revivre. Avec 40 ans de carrière au compteur, Lee Fields fait désormais partie des légendes, mais aussi des historiens de la musique. Avec le renfort de son jeune groupe The Expressions qui le suit depuis 2009 et que l’on sent tout entier dévoué à l’oeuvre de sa coqueluche, Lee Fields nous a offert un bref voyage vers l’Amérique des années 60 et 70, l’heure de gloire d’une musique écrite pour parler à l’âme, à l’époque l’âme d’une Amérique blessée par des crises douloureuses dont celle des droits civiques pour les Noirs-Américains, une Amérique à qui les héritiers de l’esclavage offraient, grâce à la soul, une réécriture du gospel, des chants venus du cœur pour parler au cœur, des chants qui parlent d’abandon, de solitude, mais aussi de bonheur, de foi et surtout d’amour sous toutes ses formes. Depuis plus de 40 ans donc, Lee Fields fait ce qu’il sait faire de mieux : de la musique soul, dans la tradition en y intégrant toutefois les préoccupations humaines des décennies qu’il traverse. À 65 ans passés, Lee Fields a montré pendant plus d’une heure qu’il n’avait rien perdu de son talent vocal et ce, avec énergie, conviction et raffinement, cherchant toujours à galvaniser son public notamment sur les morceaux phares de ses derniers albums « A Faithful Man », « Just Can’t Win » ou le récent « Special Night ». Revenu sur scène pour un rappel, après avoir troqué la veste à paillettes trempée de sueur pour un tee-shirt noir de la région Normandie sur lequel rutilait sa croix en or, Lee Fields a demandé à ses musiciens appliqués de donner une dernière ruade avec un crescendo interminable avant de quitter la scène, triomphal, sous des applaudissements nourris, révérencieux et heureux. Une belle manière de souhaiter au Cargö un joyeux anniversaire.


TEXTE : GILDAS LEMARDELÉ
PHOTO : LARA SPELSBERG